LOUP @ Revue & Corrigé


loup
the opening
gaffer recordsgr036
distribution : metamkine
cd
Point de meute. Loup est deux. Loup la joue aux aguets en duo pour plusieurs instruments, la guitare, les électroniques, le sax ou la batterie. Comme son nom ne l'indique pas, "The Opening" est le deuxième disque, et deuxième CD pour le compte du label lyonnais Gaffer Records. Clément Edouard et Sheik Anorak avaient plongé le free jazz dans du math rock parfois proche des Ruins et tellement plus du free de Zu, le temps de leur premier album, "Free jazz series vol 2". Forcément hargneux. Une petite moitié de la durée de ce premier essai, compte un drone d'une dizaine de minutes. Particularité forte du Loup. Des électroniques organiques profondes, une brume latente, un sax parfois discret mais plaintif, sauf qu'à la fin c'est toujours le free qui gagne. Sur "The Opening", ça commence fort. Toujours aussi hargneux et encore plus vindicatif. Faut voir ce qu'on s'prend dans la tronche dès le départ. Tout dans les graves et dans le rouge. Et les électroniques reviennent. Un sax aux abois renvoie les assauts d'une pédale de volume sur la six cordes, aux harmoniques dans les graves elle aussi. Je l'avoue, j'ai parfois pensé à un autre duo, celui de Hint. Les électroniques sont ensuite plus identifiables et "classiques" j'oserai dire. Elles se mélangent parfaitement bien à leur free jazz teigneux. Même sur des essais plus calmes où ce sont elles qui donnent le tempo. Sans parler de jazz fusion, il y a un côté froid qui de temps à autre nous le rappelle malgré tout. Mine de rien ils nous le secouent comme il faut notre free jazz. Et chez moi ça fonctionne plutôt bien. J'aime aussi le travail du mixage parfois en re recording, qui apporte également sa dimension à la chose. Chose sur la fin du disque (assez court) qui se fait rock crado et martelé comme l'exécuterait The Athletic Automaton par exemple. Un duo lui aussi tiens donc. Un joyeux bordel assez dépouillé en fait.
cyrille lanoë